De la Vendée à Gênes en Renault Zoé ZE 40, c’est possible !

  • 0

De la Vendée à Gênes en Renault Zoé ZE 40, c’est possible !

De la Vendée à Gênes en Renault Zoé, c’est possible !

Voyager loin en voiture électrique: pour beaucoup, ce n’est pas encore possible aujourd’hui !

Infatigable soutien à la mobilité branchée, Pascal Houssard, directeur adjoint du syndicat de l’énergie de la Vendée, a une fois de plus démontré le contraire en rejoignant Gênes (Italie), depuis La Roche-sur-Yon. Et ce, sans recharge rapide.

Des vacances !? Pas tout à fait. L’objectif de ce déplacement à 1 300 kilomètres de chez lui : participer pour le SyDEV au Riviera Electric Challenge.

Comment faire pour que les haltes techniques de recharge ne soient pas perçues comme rébarbatives ? Le DG adjoint du SyDEV nous livre son scénario type :

  • 2 recharges partielles d’environ 30 minutes le matin pour retrouver chaque fois entre 11 et 14 kWh de capacité,
  • 1 complète sur 1 heure et 40 minutes pendant la pause déjeuner,
  • puis 2 autres partielles d’une trentaine de minutes l’après-midi.

Il explique : « La recharge complète du milieu de journée s’effectue le temps de déjeuner tranquillement. Pour les partielles, on ne voit pas passer les 30 minutes, occupé à découvrir comment l’aire est aménagée, aller aux toilettes, répondre à 2 ou 3 textos et 4 méls, visiter rapidement quelques boutiques et découvrir les grands titres dans les journaux. À partir de 40 minutes, en revanche, l’attente est vécue comme une contrainte ».

Le fournisseur en services énergétiques et opérateur en mobilité italien est Duferco Energia. « Chez eux, la recharge fonctionne au nombre de kilowattheures consommés. Un crédit de 100 kWh sur la carte rechargeable via leur application mobile coûte 40 euros TTC », chiffre notre interlocuteur. Sur le site de Duferco Energia, ce choix permettrait de parcourir 600 kilomètres. Contre respectivement 75 et 140 euros, on obtient un crédit de 200 et 400 kWh.

650 kilomètres

Avec une Zoé qui n’accepte pas mieux que la classique recharge accélérée, Pascal Houssard estime qu’un maximum de kilomètres à parcourir dans une journée, afin de ne pas ressentir trop la contrainte des arrêts pour la recharge, tourne autour de 650 kilomètres. « Mon trajet type, c’est celui que j’ai effectué lors du retour, entre Carcassonne et La Roche-sur-Yon, soit 640 kilomètres, réalisés en partant vers 8 heures, pour une arrivée à 19 heures « .

L’autoroute plutôt que la route

« En prenant les nationales, au mieux, avec un trafic fluide, la vitesse moyenne d’évolution tourne autour de 67 km/h. Sur autoroute, en roulant le plus souvent entre 94 et 100 km/h, on obtient une vitesse moyenne qui se situe entre 90 et 94 km/h », chiffre Pascal Houssard. Pourquoi tabler sur une vitesse de croisière entre 94 et 100 km/h ? « A cette vitesse, on roule normalement plus vite que les camions, et la consommation moyenne reste raisonnable, comprise entre 14 et 16,5 kWh. Au-delà, elle s’envole, et le temps gagné sur la route est plus que perdu lors des recharges qui suivent », répond-il. Au sujet de la consommation, il a observé que, dans certaines circonstances, les 400 kilomètres d’autonomie seraient accessibles à la Zoé 40, « sans chercher à faire de l’éco-conduite » : Corri-Door

Localisation perfectible

« Sur l’autoroute, la présignalisation qui indique la présence des bornes à l’approche des aires de services est satisfaisante. En revanche, quand on arrive sur les aires, ces indications ne sont pas reprises, ou par des petits panneaux qu’on distingue à peine ! Par exemple, sur celle de Saint-Léger Ouest, le risque, c’est de ne pas se diriger du bon côté su parking. Alors là tu t’arrêtes, descends de l’habitacle pour trouver à pied la borne, quand c’est fait tu cherches à comprendre comment y arriver en voiture, mais tu ne peux pas à cause des sens interdits », déplore Pascal Houssard. « Et le GPS n’aide pas toujours, avec des pictos mal positionnés », poursuit-il. « En revanche, le choix des emplacements réservés aux bornes Sodetrel est plutôt pas mal », modère-t-il.

Riviera Electric Challenge

Le DG adjoint du SyDEV a tenu à dire quelques mots sur le Riviera Electric Challenge : « Magnifiquement bien organisé, avec une parfaite mobilisation des collectivités, des bénévoles, du Rotary et de l’Avem. C’est vraiment un rallye de haut niveau, un des rares, comme celui de Bob66, à s’étaler sur 3 territoires, ici l’Italie, Monaco et la France. Il pourrait, tel qu’il est, intéresser le grand public, j’en suis sûr ! ». Concernant le parcours lui-même, il rapporte : « Partout, nous avons été très très bien reçus ». Un bémol ? « Oui, le mauvais temps qui a desservi le passage 900 mètres au-dessus de Sanremo, avec des routes inondées d’eau et de boue ». Pour conclure, il confirme : « Un rallye de haut niveau ! Comme organisateur du Vendée Énergie Tour, je peux facilement apprécier ce que proposent les autres ».

Pour plus d’information

Syndicat Départemental d’Énergie et d’Équipement de la Vendée (SyDEV)
Pascal Houssard
3 rue du Maréchal Juin
CS 80040
85036 LA ROCHE-SUR-YON Cedex

Contribution : Philippe Schwoerer
Article complet:
http://www.avem.fr/actualite-de-la-vendee-a-genes-en-renault-zoe-c-est-possible-7007.html


Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partenaires

Freshmile

PlugSurfing

Altima

EP-Tender

Ecomotion

Prochains évènements

Aucun évènements prévu pour le moment.

Nos documents

Tableaux charge

Flyers

Disques de recharge

Suivez-nous sur Twitter

Archives