Adopter un véhicule électrique (Part IV)

  • 0

Adopter un véhicule électrique (Part IV)

Adopter un véhicule électrique (Part IV)
Budget, choix d’un véhicule électrique et de sa batterie

Il vaut mieux choisir un véhicule selon ses besoins réels, et on a souvent tendance à les surestimer. En France, le trajet quotidien moyen est de 29 km. Et 90% d’entre nous faisons moins de 60 km par jour. Il existe maintenant des véhicules électriques pour tous les budgets et tous les besoins1.

Mais peut-on vraiment parler de faire des économies ?

Malgré le bonus écologique, le prix à l’achat d’un véhicule électrique a été jusqu’ici plus élevé que celui d’un VT, mais les économies de carburant et d’entretien peuvent rapidement faire la différence. UFC-Que Choisir2 avait déjà montré qu’au bout de 4 ans, le Coût Annuel de Détention d’un véhicule électrique (VE) est moindre que celui d’un véhicule thermique (VT). Que ce soit pour un VE neuf ou en occasion :

UFC-Que Choisir : Comparaison des Couts Annuel de Détention, en neuf et en occasion.

Si la répartition du budget actuel d’un VT est de l’ordre de 50% pour l’achat, 30% pour le carburant et 20% pour l’entretien, l’équation avec un VE passe à 80%-90% pour l’achat et 10%-20% pour le carburant et l’entretien. Autrement dit, ce que l’on dépensait hier pour faire rouler un véhicule, sera maintenant utilisé pour son achat. Et plus on roule, plus c’est rentable.

Plan gouvernemental d’aides à l’acquisition d’un VE (Cliquez sur l’image)

Le gouvernement vient d’annoncer une augmentation du bonus écologique à l’achat d’un VE neuf. Il passe de 6.000 € à 7.000 € jusqu’au 31 décembre 2020. Et si en plus, on met à la casse un vieux diesel d’avant janvier 2011 ou essence d’avant janvier 2006, un bonus à la conversion de 2.500 € ou 5.000 € vient s’additionner au premier. Soit un total max de 12.000 €. Le bonus à la conversion est aussi accordé pour l’achat d’un VE d’occasion, mais attention, seuls les 200 000 premières demandes seront honorées.

Certaines régions, voire certaines grandes villes, proposent une prime supplémentaire à l’achat d’un VE neuf pouvant aller jusqu’à 5.000 €. Renseignez-vous auprès de votre mairie.

C’est donc le moment de passer au VE, dont les tarifs sont devenus concurrentiels !

La recharge à domicile coûte de 2 à 2,50 € les 100 km. Côté entretien, il n’y a pas de pot d’échappement ni de courroies, pas de boîte de vitesses ni d’embrayage, pas d’huile moteur ni de bougies, et les freins durent (beaucoup) plus longtemps grâce au freinage régénératif, qui ne sollicite les plaquettes qu’en cas de freinage prononcé. L’entretien d’un VE ne coûte que ~80 € par an. Un peu plus l’année où la classique batterie 12 V doit être remplacée (celle au plomb, qui alimente GPS, Radio, phares…).

Quel mode de financement est le plus intéressant ?

Actuellement, de très nombreuses banques proposent des financements à 1 % pour un véhicule « zéro-émission », avantage qui n’existe pas pour les hybrides y compris en occasion, ce qui facilite l’acquisition d’un véhicule. La location (LLD ou LOA) est intéressante pour des kilométrages inférieurs à 12.500 km. La location de la batterie doit être prise en compte par l’assureur, ce qui peut être moins intéressant que la garantie 8 ans du constructeur.

Donc au final, malgré un prix de départ élevé, quand on prend en compte tous les coûts, cela ne revient pas plus cher. Par ailleurs, avec les interdictions d’accès dans les ZFE (Zones à Faible Émission) qui se multiplient ou de rouler lors des pics de pollution, êtes-vous sûr de pouvoir revendre votre VT à bon prix, dans quelques années ?

Quel véhicule choisir ?

Pour les besoins quotidiens, en dessous de 100 km par jour, tous les véhicules électriques font l’affaire. Y compris ceux d’occasion qui, comme on l’a déjà vu, bénéficient eux aussi d’aides à l’achat.

S’il faut une voiture familiale polyvalente, pour les trajets du quotidien et les destinations lointaines, lorsque le confort et la capacité du véhicule sont à prendre en compte, le choix  portera sur la capacité de la batterie, l’efficience énergétique du véhicule et sa puissance de recharge.

Ainsi, pour une utilisation de moins de 200 km par jour, et de temps à autre des trajets allant jusqu’à 500 km, un VE avec une batterie de 40 à 50 kWh de capacité fera l’affaire. Un connecteur DC optionnel (Combo CCS ou Chademo) d’une puissance de 50 kW, peut être un plus.

Par contre, pour une utilisation fréquente sur de longs trajets, orientez-vous vers un véhicule ayant une batterie de plus de 60 kWh, voire 75 kWh, avec une puissance de charge supérieure à 75 kW, voire même au-delà de 100 kW, et un refroidissement par fluide de la batterie. Les connecteurs DC sont d’emblée présents sur ces voitures. Quelque soit la capacité de la batterie, les options, comme une pompe à chaleur, sièges ou volant chauffants ou encore un régulateur de vitesse adaptatif, sont intéressantes car elles permettent d’optimiser l’autonomie. Bien évidemment, le budget au départ pour ces modèles ne sera pas le même. Mais le calcul du Coût Annuel de Détention (crédit d’achat à 1 %, économie de carburant…) peut montrer qu’un VE de cette catégorie sera plus économique à terme.

Pour les professionnels :

Les VE utilitaires

Pour un artisan, un professionnel ou une entreprise, le choix d’un véhicule électrique permet de mieux prévoir le budget mobilité et de se déplacer même en ZFE ou lors de pic de pollution. Les entreprises sont exonérées de la taxe sur les véhicules de sociétés (TVS). Attention, les caractéristiques de recharge sont importantes, si vous devez circuler loin et recharger en milieu de journée. En ville, on trouve de nombreuses bornes de 22 kW. Pour en profiter pleinement, mieux vaut choisir un VE utilitaire avec possibilité de recharge de 11 kW ou 22 kW.

A noter : Certains utilitaires électriques possèdent une prise 230 V, permettant d’y brancher des outils, sans avoir besoin de transporter un groupe électrogène.

Gardez à l’esprit que l’autonomie officielle de la norme WLTP est calculée pour une utilisation « mixte » (ville, routes et autoroutes), sinon vous pourriez être déçu par la chute d’autonomie sur autoroute. Attention aux commerciaux mal-informés sur ce point, ou préoccupés par des objectifs de vente !

En conclusion :

Pour être sûr de faire le bon choix, évaluez vos besoins et calculez le Coût Annuel de Détention, à comparer à celui d’un VT équivalent. Vous ne serez pas à l’abri d’une bonne surprise.

1 https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-cout-de-detention-des-vehicules-gare-aux-idees-recues-n59369/
2 https://blog.acoze.org/flyer-aides-a-lachat-en-2020/
3 https://blog.acoze.org/flyer-ce-quil-faut-savoir-avant-dacheter-une-voiture-electrique/

Articles précédents :

Adopter un véhicule électrique (Part III)
Adopter un véhicule électrique (Part II)
Adopter un véhicule électrique (Part I)

Le B A BA de l’univers du VE : le livret « véhicule électrique, ce qu’il faut savoir »


Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Prochains évènements

Pas d'évènements prévus pour le moment.

Nos documents

Tableaux charge

Flyers

Disques de recharge

Suivez-nous sur Twitter

Archives