Tableau interactif des bornes et des véhicules électriques

Pour ceux qui veulent savoir à quelle puissance leur VE (ou leur futur VE) va charger sur les différentes bornes existantes, l’ACOZE a créé un tableau interactif permettant de connaitre les spécificités de charge des différents VE.
Car non, tous les VE ne chargent pas à la puissance maximale disponible sur la borne.

Dans ce document, les 2 premières pages sont les tableaux comparatifs et si vous cliquez sur l’image du VE, vous accédez directement à la fiche spécifique avec plus de détails.

Ce tableau se trouve dans la rubrique « Documents ».
Ou sinon directement ici: Tableau interactif

Si vous constatez des erreurs, merci de nous les signaler afin de pouvoir corriger le document.
Vous pouvez indiquer des erreurs ou poser vos questions directement sur notre forum dans le sujet dédié.

Vous pouvez aussi retrouver ces infos sur le wiki de l’ACOZE dans le comparatif des différents VE.

Bonne charge à tous !!!


Inauguration de la liste des salons de la saison 2018 :

En Vendée, Salon de l’Habitat durable et des Éco-Énergies aux Herbiers 9, 10 et 11 février 2018.

Un hall entier sera dédié aux véhicules électriques et L’ACOZE disposera d’un stand en plein milieu (merci Pascal !)

Il faudra des volontaires pour tenir le stand. Notre ami Mazorka, qui assurait comme un chef les autres années, est très pris par son nouveau travail.

Discussion sur le forum ACOZE

Contribution: Cité Radieuse


Joyeux Noël électrisant


Lancement du forum ACOZE

L’ACOZE vient de lancer son propre forum que vous trouverez ici : forum.acoze.org

Ce forum est ouvert à tous (membres de l’ACOZE ou non). Il n’a pas pour vocation de concurrencer les autres forums sur les véhicules électriques mais il est dans le prolongement de notre action pour la promotion et le développement du véhicule électrique.

Vous trouverez sur ce forum de nombreuses rubriques d’échange et de discussion. En autres, vous pouvez informer la communauté d’une rencontre ou d’un événement autour du VE.

Sur ce forum, il y a aussi « Le club des associations ». Cette rubrique a pour but de créer un espace commun d’échange entre les différentes associations.
Vous faites partie d’une association, venez parler de vos projets et, si besoin, demandez de l’aide aux autres associations afin de mener des projets communs. (Si votre association n’est pas dans la liste, faites nous la demande d’ajout).

 

Pour plus d’information sur l’association : Présentation de l’ACOZE


Certains médias, dont de grands journaux de l’Hexagone pour faire du buzz, ont relayé des informations tronquées, sorties de leur contexte et présentées comme une réalité permettant de jeter l’opprobre sur la voiture électrique.

Nous avons tous lu, ces dernier temps, des articles dénonçant les émissions de CO2 lors de la production d’électricité alimentant les voitures électriques.  Articles « bien documentés », puisqu’ils annoncent tous leur source : une étude du très respectable  Massachusetts Institute of Technology (MIT) révélée par le non moins respectable Financial Times.
http://pubs.acs.org/doi/full/10.1021/acs.est.6b00177

Le genre de message qu’on a pu lire ressemblait à celui-ci :
« En examinant le cycle de vie complet d’une voiture, une grande voiture électrique produit plus de CO2 qu’une petite citadine à moteur à essence classique. C’est le résultat d’une étude du renommé Massachusetts Institute of Technology (MIT). »

Qu’est ce qu’on retient ? « Qu’un grand VE produit plus de CO2 qu’une petite citadine à essence »
Conclusion dans la tête des gens « la voiture électrique est plus polluante qu’une voiture à essence » !  « Voilà, cette fois c’est démontré ! Je peux garder mon Diesel 4×4 qui pollue moins que leurs voiturettes de golf. »

Oui, mais ! Voilà, ce n’est absolument pas la conclusion de cette étude.

Les scientifiques qui  l’ont rédigée sont sortis de leur silence et ont adressé un droit de réponse au Financial Times, qui avait aussi relayé cette rumeur, cette « fake news », sous le titre « Electric cars’ green image blackens beneath the bonnet ».

La lettre de ces scientifiques commence ainsi :
« Monsieur, nous sommes consternés par la façon dont votre article intitulé «Le secret sale des voitures vertes» (9 novembre) bouleverse les conclusions fondamentales de nos recherches au Massachusetts Institute of Technology, donnant au public une perspective trompeuse sur les véhicules électriques. »

Ils continuent par:
«L’idée que certaines voitures à moteur à combustion peuvent être plus écologiques que certains véhicules électriques à « zéro émission » n’a tout simplement aucun sens dans la réglementation actuelle. »

Ils dénoncent le raccourci qu’ont fait les médias, comme si on pouvait comparer « une pomme et une orange ».
«  Nos recherches montrent que les émissions de la petite citadine sont inférieures aux Tesla sur le seul réseau électrique à forte consommation de carbone du Midwest américain, où la production d’électricité, par des centrales à charbon, émet environ 40 % de CO2 de plus que la moyenne américaine et plus de deux fois plus que de nombreux pays européens. »

Et concluent par:
« Le titre de votre article a engendré des reportages grossièrement trompeurs dans les médias et les magazines automobiles à l’échelle internationale. »

Le Financial Times, beau joueur, a fait paraître ce droit de réponse, en reconnaissant leur erreur.
https://www.ft.com/content/d14b6c8a-c61e-11e7-b2bb-322b2cb39656

Au passage, dans un croquis de cette étude, on voit que la Toyota Miraï, à pile à hydrogène, génère 50% plus de CO2 que la Nissan Leaf.
Voilà de quoi faire taire les journalistes qui prétendent que l’avenir de la voiture est l’hydrogène.

Une autre étude rédigée par des scientifiques de l’université Vrije Universiteit Brussel (VUB), de  Bruxelles, sortie le mois d’avant, concluait déjà que, quelle que soit l’origine de la production d’électricité, le véhicule électrique reste moins émetteur de CO2, même si cette électricité provient de centrales à charbon comme en Pologne.
https://www.transportenvironment.org/sites/te/files/publications/TE%20-%20draft%20report%20v04.pdf

Mais, cette étude n’a pas eu l’heur de plaire aux médias, car elle a été très peu relayée. Prouver que le VE est moins polluant que le VT ne doit pas être source de buzz.

Contribution: Yves Duverneix


Jean-Noël, notre référent ACOze régional,  nous a fait parvenir un article de l’hebdo de Sèvre et Maine, faisant le point sur les avancées en infrastructures de recharge (IRVE) dans les Pays de la Loire.


Suite à l’article paru sur Automobile Propre relatant le rétrofit de la batterie 41 kWh sur une Zoé 22 kWh, opération menée en Belgique, une interrogation circulait : y aurait-il une autonomie moindre sur une Zoé « mise à jour » que sur une ZE40 neuve ?

Renault Zoé : le premier rétrofit batteries expliqué en détails

Des rumeurs parlaient de 15 à 20 km en moins, d’autres de 15 à 20 % en moins.
Or, 20 % sur 300 km réels, cela ferait quand même 60 km d’autonomie perdus dans les limbes de l’électronique embarquée.
Certains se demandent si finalement cet « upgrade » vaut le coup  ?
Qu’en est-il réellement ?
Nous avons pu contacter l’heureux propriétaire, M. DEBOYSER  ( de l’association AMPERes.be ) qui a répondu volontiers à nos questions. Il nous a assuré que sa nouvelle autonomie est bien le double de celle qu’il avait avec la batterie de première génération. Son autonomie réelle de 150 km en été, est passée à 300 km. Mieux, le concessionnaire Renault de Namur, qui a effectué ce rétrofit, affirme même que l’autonomie d’une Zoé « mise à jour » est meilleure que celle d’une ZE40 « native ».

Voilà de quoi rassurer !

Batterie Upgradée:  Autonomie annoncée après une charge complète à 100% (Photo DEBOYSER)

Contribution: Yves Duverneix

Au départ, ce ne devait être qu’un rassemblement  de particuliers possesseurs de véhicules électriques qui souhaitaient se réunir afin d’échanger entre eux sur le thème de la mobilité électrique.

Puis, lorsque la ville de La Rochelle a proposé de nous mettre à disposition un espace superbement situé le long du port en plein centre-ville, il fut évident qu’il fallait partager ce moment avec de potentiels futurs acheteurs prêts à faire le pas mais qui se posent encore des questions avant d’accéder à cette nouvelle mobilité.

Un partenariat avec le Leaf France Café,   Résultat de recherche d'images pour "leaf france cafe logo" le passage de l’info sur des forums et réseaux sociaux, quelques affiches posées sur des lieux stratégiques comme les nouvelle bornes d’un centre commercial, des contacts pris avec la presse locale qui a bien annoncé l’événement, quelques fidèles membres de l’ACOze des départements voisins qui ont fait le déplacement, une belle journée même si le soleil ne fut pas aussi présent que prévu et voici la recette qui a permis que cette journée soit un succès.

Le public rochelais s’est déplacé en nombre voir les véhicules et discuter avec les propriétaires.

Au total sur la journée, ce sont 25 véhicules dont 2 hybrides rechargeables qui sont venus se rassembler le long du quai au pied de l’aquarium de La Rochelle. À noter que parmi eux, 3 venaient de participer au France Électrique Tour et ses 1 500km, d’Aix en Provence à La Roche Sur Yon !

Quelques anecdotes comme ce particulier, possesseur d’une ZOE depuis une semaine, qui n’a pu venir avec car sa femme l’utilisait. Il est donc venu nous voir en parcourant 28 km en vélo… électrique !

Merci à tous les participants… on se revoit l’année prochaine ?

Contribution: Hervé LORIOUX

Espace Eric TABARLY

A l’origine l’idée était de se réunir simplement autour d’un pique-nique entre possesseurs de VE.
Puis lorsque la ville de La Rochelle nous a donné son accord et proposé l’espace Eric Tabarly, nous avons, avec Anne Sophie, organisé un rassemblement de Véétistes souhaitant partager leur expérience et pouvant répondre aux questions des Rochelais intéressés et attirés par l’expo de VE.

Contribution: Anne-Sophie DESCAMPS et Hervé LORIOUX

En 2017, pour sa 3ème édition, le France Électrique Tour évolue assez nettement.
Son concept repose sur trois points.

1 • DÉMONTRER LA CAPACITÉ D’ITINÉRANCE DU VÉHICULE ÉLECTRIQUE
Le Tour 2017 propose un kilométrage plus important qui valorisera les autonomies en augmentation des véhicules électriques mais également le développement des infrastructures de recharge et
notamment les bornes de recharge rapide. Le Tour doit aussi promouvoir la nécessité d’une inter-opérabilité des bornes éventuellement selon plusieurs modalités.
Le challenge sera d’effectuer près de 1 500 km sur 4 jours, majoritairement sur des petites routes et de montrer ainsi la crédibilité du véhicule électrique.

2 • ÊTRE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT DU VÉHICULE ÉLECTRIQUE
En plus d’être un démonstrateur vis à vis des utilisateurs potentiels, le Tour 2017 doit tester l’évolution de l’itinérance en véhicule électrique en soulignant les avancées et en faisant ressortir les points d’amélioration.

3 • UN RALLYE-PLAISIR À LA DÉCOUVERTE DES PLUS BELLES ROUTES DE FRANCE
Le Tour 2017 sera une 1ère évolution dans la volonté d’emprunter « les plus belles routes de France » c’est à dire celles qui tournent, qui montent et qui descendent, le tout dans de beaux paysages. Citons notamment le Lubéron, les Gorges de l’Ardèche, le Pilat, le Morvan, le Marais Poitevin… Avec, bien sûr, une limite qui sera de rester à proximité des axes proposant des bornes de recharge rapide. Et en particulier, la nécessité d’avoir quelques tronçons autoroutiers pour utiliser le Corri-door Sodetrel.

Dossier de presse PDF 2017, à télécharger.


Archives